Recherche et développement dans l'esthétique : Commerce et Industrie

L'industrie cosmétique française est le 4ème secteur de l'économie de par son solde commercial. Il représenté 6,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2007 sur le marché national. Les bénéfices de ce secteur progressent depuis 41 ans sans interruption. Composée à 80% de petites et moyennes entreprises implantées sur les 4/5ème du territoire français, l'industrie cosmétique emploie environ 50 000 personnes sans compter les salariés des sous-traitants et des distributeurs.
Actuellement, la place toujours plus importante de la « cosmétique verte » représente un important vecteur de développement du secteur.

Les métiers de l'industrie cosmétique se répartissent essentiellement autour de 3 fonctions :

Recherche et Développement (R&D)

Elle concerne les produits de soins, de maquillage, d'hygiène et de toilette. Dans ce secteur, le bureau R&D doit intégrer des normes et des réglementations mondiales. Accessibles à un niveau BAC+5, les métiers R&D sont à dominante scientifique :

  • formulateur
  • aromaticien
  • parfumeur (nez)
  • Chercheur
  • Attaché de Recherches Cliniques (ARC)

Fabrication et Production

Dans le domaine de la cosmétique, certaines fonctions ont un rôle prépondérant : le contrôle qualité, les fonctions liées aux brevets et la conduite des appareils. Exemples :

  • ingénieurs de production en chimie, pharmacie
  • qualiticien
  • ingénieur brevets

Fonctions commerciales : marketing, packaging et commercialisation

Dans la filière cosmétique, l'emballage et le conditionnement ont une importance primordiale. La filière fait appel à toute une série de métiers connexes : soufflage du verre, cartonnage, graphisme, plastiques. La commercialisation et le marketing représentent une part importante des emplois de la filière.

  • chef de produit
  • assistant chef de produit
  • chargé d'études marketing
  • technico-commercial
  • animateur-démonstrateur